LE VAISSEAU / Mathieu Briand
Une œuvre-environnement pour accompagner les tout-petits dans leur découverte du monde. Crèche de la Friche Belle de Mai, 13003 Marseille.
LE CHEMIN DES FEES / Lucy+Jorge Orta
Un parcours de sculptures pour réenchanter l'Huveaune. Cinq sites le long de l'Huveaune - Saint-Zacharie, Auriol, Aubagne et Marseille.
HORIZONS - LES SENTIERS DE L'EAU / Tadashi Kawamata
Une œuvre sur le territoire de la Camargue pour révéler la diversité des paysages du delta du Rhône. Musée de la Camargue, Mas du Pont de Rousty, 13200 Arles.
LIMITES FLOUES / Le Cabanon Vertical
Imaginer autrement les espaces extérieurs d'un équipement urbain pour décloisonner et démultiplier les usages. Centre social des Canourgues, 13300 Salon-de-Provence.
TO MAKE A PLACE / Krijn de Koning
Création d'un lieu de vie et de partage dans un collège dépourvu de cour de récréation. Collège Notre-Dame de la Major, 13002 Marseille.
BANC DE SABLE / Olivier Bedu
Transformation d'une place en point de repère urbain, lieu de vie convivial et multiple. Place François Moisson, 13002 Marseille.

Les Nouveaux commanditaires 2013

accuei.opera

 PROJETS EN COURS

Le Vaisseau
Mathieu Briand

L'Opéra noir
Berdaguer&Péjus

L'Ecume des jours
Didier Fiuza Faustino

Les Sentiers de l'eau
Tadashi Kawamata

Limites Floues

Le Cabanon Vertical


Newsletter

Recevoir notre newsletter

 
Artiste I Michelangelo Pistoletto

 

« Le premier feu autour duquel se sont réunis les êtres humains était le centre de la société. La première pierre qui a rassemblé les hommes autour d’elle était à la fois sculpture et autel. La première personne qui a posé cette pierre au centre du groupe et qui a gravé les parois de la caverne était artiste et prophète. Cet espace de recueillement se veut aujourd’hui un lieu prophétique de l’art. »

Michelangelo Pistoletto, 2000

 

A l’origine de cet espace ? Le désir. Désir de Monsieur Maraninchi, directeur de l’Institut, de faire que la chapelle (catholique) devienne l’espace où tous pourraient se retrouver sans que se distinguent les appartenances confessionnelles (ou la non-appartenance). Désir de créer un espace où chacun pourrait trouver silence et sérénité, ressourcement et paix intérieure. L’aumônier catholique que je suis ne pouvait être qu’en accord avec ce désir d’ouverture et de partage.

Pour passer de la conviction au projet, la réflexion a été
ouverte à des amis porteurs de sensibilité différente. Petit à petit, la réflexion a porté son fruit, et le fruit est aujourd’hui devenu une fleur, grâce à Michelangelo Pistoletto. L’accueil qu’il a réservé à l’esprit du projet et à ses exigences a été un atout décisif dans la réalisation du lieu. Ce que quelquesuns ont réussi à mettre ensemble en forme est, pour tous, invitation à une fraternité renouvelée : celle que je découvre comme réalité intérieure au cours de nombre de mes rencontres auprès de patients de traditions différentes. Ici, l’homme est au centre des combats de chacun. Au coeur de sa souffrance, dans son rapport à l’essentiel, dans sa quête, l’individu rejoint encore et toujours le cri de l’humanité entière en recherche de sens. Ici, même si tout est fait pour préserver de l’isolement, le chemin est escarpé, difficile. Il est important que chacun puisse trouver les signes qui le mettent en communion avec sa tradition, avec ce que chacune d’elle comporte de richesse, de sens apporté sur le chemin de vérité et de vie ; tout aussi important, à mes yeux, que s’effectue en même temps une relation entre tous, entre tous ceux qui, partageant les mêmes expériences d’humanité, partagent les mêmes
interrogations.

Les religions, ici, peuvent se dire comme accueil d’un mystère de l’existence, ce mystère dont la réponse est propre à chacun(e), et en même temps commune à tous. Si l’histoire de l’homme en quête de son humanité prend place dans un temps linéaire (où chaque tradition prend une place selon un ordre chronologique), c’est bien en son centre, d’où vient symboliquement la Lumière, qu’elle prendra son sens plénier, et que le temps prendra sa dimension d’éternité.

Mon espoir est qu’en ce lieu que nous avons conçu ensemble, chacun(e) puisse trouver au coeur de l’espace qui est le sien la porte qui le fera déboucher sur un nouvel horizon. Mon espoir est qu’en ce lieu, les religions, dans leur diversité, poursuivent leur oeuvre au service de l’amour et de la fraternité. à Marseille, ce désir a pris forme au sein d’un mouvement, Marseille Espérance, qui les réunit pour une démarche commune. Consulté pour ce projet, il assurera le parrainage du lieu. Je désire vivement que les dignitaires religieux présents au sein de ce groupe prennent une part active à l’animation spirituelle du lieu, en lien avec les responsables des églises locales.

Nicole Bellemin-Noël,

aumônier de l’Institut Paoli-Calmettes, 2000


pict.m.pistoletto

Lieu de recueillement et de prière pluriconfessionnel
de l’lnstitut Paoli-Calmettes, espace de 80 m2,
au centre un Mètre cube d’infini, réalisé en miroir
et pierre de Volvic, 2000


download.1