LE VAISSEAU / Mathieu Briand
Une œuvre-environnement pour accompagner les tout-petits dans leur découverte du monde. Crèche de la Friche Belle de Mai, 13003 Marseille.
LE CHEMIN DES FEES / Lucy+Jorge Orta
Un parcours de sculptures pour réenchanter l'Huveaune. Cinq sites le long de l'Huveaune - Saint-Zacharie, Auriol, Aubagne et Marseille.
HORIZONS - LES SENTIERS DE L'EAU / Tadashi Kawamata
Une œuvre sur le territoire de la Camargue pour révéler la diversité des paysages du delta du Rhône. Musée de la Camargue, Mas du Pont de Rousty, 13200 Arles.
LIMITES FLOUES / Le Cabanon Vertical
Imaginer autrement les espaces extérieurs d'un équipement urbain pour décloisonner et démultiplier les usages. Centre social des Canourgues, 13300 Salon-de-Provence.
TO MAKE A PLACE / Krijn de Koning
Création d'un lieu de vie et de partage dans un collège dépourvu de cour de récréation. Collège Notre-Dame de la Major, 13002 Marseille.
BANC DE SABLE / Olivier Bedu
Transformation d'une place en point de repère urbain, lieu de vie convivial et multiple. Place François Moisson, 13002 Marseille.

Les Nouveaux commanditaires 2013

accuei.opera

 PROJETS EN COURS

Le Vaisseau
Mathieu Briand

L'Opéra noir
Berdaguer&Péjus

L'Ecume des jours
Didier Fiuza Faustino

Les Sentiers de l'eau
Tadashi Kawamata

Limites Floues

Le Cabanon Vertical


Newsletter

Recevoir notre newsletter

Pataut Marc

 

Artiste I Pataut Marc

LES ENFANTS ONT DES OREILLES
Dans un premier temps, autour d’une activité escalade, je suis entré en contact avec les enfants, puis avec les parents. Nous avons alors acheté une caméra qui a circulé dans les mains des enfants, puis dans celles des parents. J’ai accumulé comme cela des images qui parlent de l’enfance, du rapport de paroles entre les parents et les enfants, autour de ce secret imposé par le regard des autres, mais aussi par l’attitude et les liens que chacun entretient avec sa propre histoire.

Certains enfants ont le Sida, d’autres non, certains adultes sont porteurs de la maladie, d’autres non. Certains enfants ont perdu un parent, voire les deux. Au départ je ne savais rien. Petit à petit, des choses se sont dites, des paroles se sont assumées ; d’autres non.

Marc Pataut, 2003

Mais quand on élève un enfant, on ne sait jamais ce que l’on fait de totalement bien, ce qu’on oublie, ce qu’on fait de travers, ce qu’ils sont obligés de ravaler, et qu’ils ne réussissent pas à nous raconter. Le seul souci effectivement, c’est que je sais qu’il ne peut pas en parler ailleurs. à Sol En Si, peut-être. Il est encore un peu jeune. Il surinvestit la confiance qu’il a en sa mère. Je ne sais pas, il faudrait le lui demander, mais je suis un peu la seule personne de sa famille, même s’il a beaucoup d’oncles et de tantes, de cousins, de cousines. Ils n’habitent pas là, ils ne sont pas dans la même situation, et je n’ai pas l’impression qu’ils aient une réelle conscience, profonde, de ça C’est pour ça que je disais que Sol En Si était plus que ma famille. Plus grand, il pourra aller les voir.

C’est vrai que je lui ai toujours conseillé, et je ne pense pas que c’était une idiotie, de ne pas en parler à l’école, ni de dire de quoi était mort son père. Ce qui n’est pas évident. Il n’a pas vécu dans le mensonge, je ne lui ai pas caché la vérité, mais que lui soit obligé de mentir ou de ne pas dire à cause de ça, c’est gênant.

Aude, 2002


couv.pataut.marc


Les enfants ont des oreilles, images extraites du film, 2004



download.1