LE VAISSEAU / Mathieu Briand
Une œuvre-environnement pour accompagner les tout-petits dans leur découverte du monde. Crèche de la Friche Belle de Mai, 13003 Marseille.
LE CHEMIN DES FEES / Lucy+Jorge Orta
Un parcours de sculptures pour réenchanter l'Huveaune. Cinq sites le long de l'Huveaune - Saint-Zacharie, Auriol, Aubagne et Marseille.
HORIZONS - LES SENTIERS DE L'EAU / Tadashi Kawamata
Une œuvre sur le territoire de la Camargue pour révéler la diversité des paysages du delta du Rhône. Musée de la Camargue, Mas du Pont de Rousty, 13200 Arles.
LIMITES FLOUES / Le Cabanon Vertical
Imaginer autrement les espaces extérieurs d'un équipement urbain pour décloisonner et démultiplier les usages. Centre social des Canourgues, 13300 Salon-de-Provence.
TO MAKE A PLACE / Krijn de Koning
Création d'un lieu de vie et de partage dans un collège dépourvu de cour de récréation. Collège Notre-Dame de la Major, 13002 Marseille.
BANC DE SABLE / Olivier Bedu
Transformation d'une place en point de repère urbain, lieu de vie convivial et multiple. Place François Moisson, 13002 Marseille.

Les Nouveaux commanditaires 2013

accuei.opera

 PROJETS EN COURS

Le Vaisseau
Mathieu Briand

L'Opéra noir
Berdaguer&Péjus

L'Ecume des jours
Didier Fiuza Faustino

Les Sentiers de l'eau
Tadashi Kawamata

Limites Floues

Le Cabanon Vertical


Newsletter

Recevoir notre newsletter

Monrozies Delphine


Artiste I Monrozies Delphine


UN ATELIER PERFORMANCE

Le dispositif : dans les locaux du centre social où elles ont leurs habitudes, un groupe de femmes d’origines et de confessions multiples, qui ont eu envie de participer à un atelier avec une artiste plasticienne, Delphine Monrozies. Elles font ensemble une sélection d’images d’actualités nationales et internationales, arrêts sur images tirés du JT et transférés sur de la toile à canevas. Ensuite, les participantes brodent et discutent, de tout, de rien, et de ce qu’elles brodent. L’artiste les guide : elle leur demande de choisir une partie à broder, et ainsi de la mettre en relief dans l’image.

La proposition de Delphine Monrozies confronte deux mondes, deux temporalités, le canevas et la vidéo, symboliquement rattachés à deux âges et à deux groupes sociaux opposés. L’artiste se sert du temps du canevas – une seule image pendant un mois – pour prendre du recul par rapport à l’image filmée – 33 images par seconde. Point de croix par point de croix, les femmes critiquent l’image, se l’approprient et la transforment. Cette mise à distance des photos chocs du journal télévisé est l’objectif avoué du travail. Delphine Monrozies cherche à casser les outils de domination de la télévision, des vérités rapides et faussement objectives du journalisme, et à revaloriser le savoir individuel, intime et affectif de populations pas seulement spectatrices. Du point de vue du monde de l’art, on pourrait considérer les participantes comme les assistantes de l’artiste. Mais l’essentiel de cette oeuvre n’est-il pas dans la discussion informelle et conviviale qui se noue entre les participantes ?

Dans ce cas, les canevas mis en scène par l’artiste seraient les traces d’une sorte de performance sociale, plus simplement d’une rencontre humaine. Du point de vue des participantes, de l’artiste, du centre social ou du Bureau des compétences et désirs, les choses restent très expérimentales. Est-il finalement indispensable de les catégoriser ? Il est certain en tout cas que le résultat n’est pas si curieux, et qu’il fait même très bonne figure dans une exposition classique.

BCD (Marie Leduc), 2004

couv.monrozies

Images extraites de la vidéo réalisée pendant L’Atelier domestique (les participantes brodent des canevas
sur lesquels sont sérigraphiées des images d’actualités télévisées)


download.1